Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

« Docteur Cuivre »

il y a un mois

Niall Sexton, Investment Manager

Niall Sexton,

Investment Manager, Architas

« Docteur Cuivre »

 

La performance du cuivre est depuis longtemps considérée comme un indicateur précieux de l’état de l’économie mondiale. Ce métal industriel a connu un excellent début d’année 2023, avec le meilleur mois de janvier depuis vingt ans pour ses contrats à terme américains. Et maintenant ? Les difficultés d’approvisionnement pourraient faire grimper son prix, sachant que la production ne suit pas le rythme de la demande, les sociétés minières donnant la priorité au rendement pour les actionnaires. Le prix du métal rouge pourrait également être soutenu par la demande chinoise, l’affaiblissement du dollar et la transition énergétique.

Pourquoi le cuivre ?

Le cuivre, l’un des premiers métaux à avoir été extrait et utilisé par l’homme, a un large éventail d’applications. Preuve de sa grande efficacité énergétique, environ 60 % de la production mondiale de cuivre (21 millions de tonnes en 2021) est utilisée dans des applications électriques, telles que la production et la transmission d’énergie. L’extraction du minerai de cuivre est très concentrée géographiquement, bien plus que pour le pétrole par exemple. Le Chili est le plus grand fournisseur de minerai de cuivre au monde, avec 27 % de la production mondiale, le Pérou en fournissant 10 %. La Chine est non seulement un autre grand producteur, mais également le premier consommateur au monde, réalisant plus de la moitié de la production mondiale de cuivre affiné. 

Un indicateur précieux pour l'économie mondiale

Certains investisseurs estiment que les multiples applications du cuivre en font un bon indicateur prévisionnel de la demande industrielle internationale et de la santé de l’économie mondiale, d’où son surnom de « Docteur Cuivre ». La réalité est plus complexe. Le cuivre a des applications uniques et toujours plus nombreuses, mais comme tous les produits de base, ses prix reflètent l’interaction entre l’offre (la production et les stocks) et la demande. La dynamique actuelle du marché du cuivre résulte du fait que les sociétés minières ont en mémoire la crise qui a suivi le boom des marchés des matières premières au milieu des années 2000.

Jusqu’à récemment, de nombreuses sociétés minières ont préféré maximiser les rendements des mines existantes, ce qui a entraîné un sous-investissement dans les nouvelles mines et les activités de prospection. Si cette approche a récompensé les actionnaires, elle risque de créer une pénurie, non seulement de cuivre, mais aussi d’autres matières premières et matériaux utilisés pour les énergies renouvelables, notamment le lithium et le cobalt. Les délais de développement d’une nouvelle mine de cuivre peuvent atteindre 20 ans. De plus, une augmentation significative des dépenses semble difficilement envisageable alors que les craintes de récession s’accentuent et que les taux d’intérêt montent, en particulier dans un contexte environnemental défavorable à l’augmentation de la production minière.     

Une forte progression de la demande est à prévoir, mais pourquoi ?

Selon une étude de S&P Global, la demande de cuivre devrait doubler pour atteindre 50 millions de tonnes métriques (MMT) d’ici 2035. Environ la moitié de cette demande est liée aux plans de transition énergétique, notamment aux applications dans le domaine des véhicules électriques, aux énergies renouvelables et à l’infrastructure électrique. Les marchés finaux non liés à la transition énergétique, tels que les moyens de communication, le traitement et le stockage des données, nécessiteront également une utilisation accrue du cuivre. La demande de la Chine va rester importante. Outre ses besoins pour des applications plus traditionnelles telles que l’industrie manufacturière et la construction, ce pays a une exposition démesurée aux technologies de transition énergétique, comme les cellules solaires photovoltaïques (PV). Il s’agit également du plus grand marché mondial pour les véhicules électriques. L’engagement de la Chine à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 et les objectifs du dernier plan stratégique quinquennal vont également soutenir la demande intérieure de cuivre.

Les objectifs ambitieux de l’Europe en matière de décarbonation font de cette région le deuxième plus grand consommateur de cuivre, tandis qu’aux États-Unis, la loi sur la réduction de l’inflation (Inflation Reduction Act), avec son objectif d’électricité propre et la demande de véhicules électriques, fournit également des facteurs de demande croissants.

Architas view

Notre point de vue

Un certain nombre de facteurs pourraient induire une volatilité du prix du cuivre à court terme, tels qu’une révision à la baisse des prévisions de croissance mondiale et les retombées de la récente crise bancaire. Cependant, la question de l’approvisionnement sera déterminante pour les perspectives à long terme. Les nouveaux projets d’exploitation minière ne progressent pas assez rapidement pour répondre à la demande croissante. Une grande partie de cette dernière provient de la transition énergétique, qui pourrait partiellement réduire le caractère cyclique de la demande de cuivre, si par exemple les prévisions de croissance sont revues à la baisse.

Le prix du cuivre s’est redressé depuis novembre 2022. Si la Réserve fédérale américaine (Fed) ralentit, voire interrompt son cycle de hausses des taux, tout affaiblissement du dollar américain en résultant rendrait le cuivre et d’autres matières premières plus attrayants pour les acquéreurs qui n’achètent pas en dollars. Une offre inférieure à la demande et des stocks physiques au plus bas depuis plusieurs années apporteraient également un soutien supplémentaire au prix du métal.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus