Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

L’inflation intégrée

il y a 2 mois

La Réserve fédérale américaine (Fed) a beaucoup utilisé le terme « transitoire » pour décrire l’inflation l’année dernière, avant de l’abandonner. Cette année, la plus grande préoccupation pourrait être l’inflation dite « intégrée ». Alors que le premier terme était l’équivalent d’un « rien à signaler » de la part de la banque centrale, le second est un sujet plus sérieux. Nous examinons ici comment l’inflation devient intégrée, comment les événements récents pourraient contribuer à cette tendance et comment elle entraîne une surchauffe des marchés financiers.

Le rebond de la demande

La pandémie de Covid-19 a entraîné une paralysie des économies, provoquant à son tour un effondrement sans précédent de la demande de biens et de services. Lorsque la vie normale a repris, la demande a rapidement rebondi, en particulier pour les biens de consommation tels que l’électronique et les voitures. Les prix ne peuvent rester stables que lorsque l’offre et la demande sont à peu près équilibrées. Après la pandémie, c’était loin d’être le cas. En raison des perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales, les consommateurs disposant de beaucoup de liquidités étaient à la recherche de biens disponibles en nombre restreint. Il en a résulté une inflation des prix.

Accident temporaire...

Les banques centrales du monde entier espéraient et anticipaient que cette situation se révélerait temporaire ou transitoire, et qu’elle disparaîtrait au fur et à mesure que les chaînes d’approvisionnement redeviendraient opérationnelles. Certains prévoyaient un affaiblissement de la demande, alors que, sous l’effet conjugué des mesures de relance budgétaire et des comptes d’épargne débordants, elle est restée forte. Et cela ne concerne pas seulement les biens de consommation. Les prix des produits de base ont été frappés par des facteurs ponctuels, comme des conditions météorologiques extrêmes au Brésil. Et maintenant, les événements géopolitiques ont plongé le marché international de l’énergie dans la tourmente.

... ou problème persistant ?

La flambée des prix qui en a résulté a été spectaculaire. Mais l’inflation n’est véritablement intégrée que lorsque l’anticipation d’une poursuite de la hausse des prix devient une certitude. Cette attente est généralement cimentée par les revendications salariales. Les travailleurs peuvent exiger une augmentation des salaires pour faire face à la hausse du coût de la vie, c’est ce qu’on appelle l’inflation salariale. La conséquence de cette hausse des liquidés circulant dans le système dope la demande et tire encore davantage les prix à la hausse. Dans le pire des cas, la hausse des salaires peut devenir incontrôlable.

Le dilemme des banques centrales

C’est un cercle vicieux que les banques centrales veulent éviter. D’où le changement de cap de la politique de taux d’intérêt fin 2021, avec la prévision d’une série d’augmentations régulières en 2022. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a certainement changé la donne. Les banques centrales sont désormais confrontées à deux risques opposés. Le premier est que l’inflation, dont les prévisions pour les États-Unis se situent actuellement à un niveau modéré de 2,7 % d’ici 2027, ne monte en flèche et n’entraîne une hausse des salaires. Le second est d’aller trop loin dans les hausses de taux et d’étouffer la reprise.

 

Opinion Architas

Même si la croissance économique et les bénéfices des entreprises sont très importants pour les marchés financiers, l’orientation des taux d’intérêt est le facteur le plus critique pour toutes les classes d’actifs. C’est le genre d’incertitude au sujet de la future politique des banques centrales que les marchés financiers redoutent, d’où la volatilité en début d’année.

Si l’on ajoute à cela les événements géopolitiques et les sanctions commerciales qui font grimper les prix des matières premières, on comprend mieux pourquoi les actifs sûrs, tels que les bons du Trésor américain, l’or, le dollar américain et le franc suisse, ont retrouvé les faveurs du marché.

Chez Architas, nous pensons qu’en période de volatilité accrue, un portefeuille diversifié peut aider à surmonter les hauts et les bas du marché.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus