Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Close Look - janvier 2022

il y a 5 mois

CLOSE LOOK
Le cloud - quelles répercussions ?

Le cloud est parfois considéré comme un espace virtuel presque mythique, où flottent des données destinées à être sauvegardées. Les données qui y sont stockées sont sécurisées presque gratuitement, dans l’attente d’être récupérées en cas de besoin. Mais ce mythe correspond-il bien à la réalité ? Penchons-nous un instant sur le cloud, les grands acteurs du secteur et l’avenir de cet outil en pleine expansion.

Il serait plus réaliste, et peut-être préférable, de parler d’« informatique dématérialisée » ou de « stockage dématérialisé » pour décrire les services proposés par le cloud. Loin de flotter quelque part dans l’éther, les données sont en réalité stockées sur des réseaux de serveurs dans des bâtiments physiques. Ces réseaux sont en effet hébergés dans un nombre toujours croissant de « grandes boîtes » remplies de matériel numérique. Tous consomment des quantités d’énergie considérables pour garantir leur bon fonctionnement.

Comme dans la plupart des domaines de l’univers numérique, les États-Unis et la Chine sont les acteurs majeurs sur le marché. En outre, les deux plus grandes économies du monde sont en train de mettre au point des systèmes de stockage parallèles, dans la lignée de la bifurcation d’Internet. Pour les plus grands fournisseurs de services, à savoir Amazon Web Services, Google Cloud, Alibaba Cloud et Tencent Cloud, le cloud représente une activité très précieuse et rentable.

Au niveau national, les États-Unis et la Chine considèrent le cloud comme une technologie essentielle pour le futur. En 2020, Pékin a alloué 1 400 milliards de dollars US à ce domaine dans le cadre de son projet de « nouvelles infrastructures ». La même année, la Chine représentait 13 % des dépenses mondiales totales affectées au cloud, ce qui est peu par rapport aux 46 % des États-Unis, mais ce pourcentage progresse très rapidement. Ces systèmes concurrents favorisent des déploiements rapides au niveau international. La construction des infrastructures devrait garantir à ces superpuissances technologiques une influence sur les futures normes de partage sur le cloud et de protection des données.

Alors, le mythe du cloud n’est-il qu’un simple fantasme sans danger ? Ou pourrait-il avoir d’importantes répercussions financières sur le plan environnemental voire des implications géopolitiques ? Il faudrait sensibiliser les utilisateurs de services informatiques hébergés à la consommation énergétique que représente le stockage à long terme de documents numériques quelconques ou sans importance. Et peut-être aussi à la lutte menée à l’échelle mondiale pour contrôler leurs données stockées. Vu les prix de plus en plus compétitifs que pratiquent les fournisseurs de services, les utilisateurs pourraient ne pas être conscients des coûts cachés derrière les contrats qu’ils souscrivent.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus