Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

The monthly review : Les « stories » du mois de décembre

il y a 4 mois

Quick look
Les marchés

3,7%

S&P 500

1,7%

EURO STOXX 50

3,1%

FTSE 100

0,6%

CAC 40

3,2%

DAX 30

-1,3%

BEL 20

0,8%

FTSE MIB

0,0%

IBEX 35

2,8%

TOPIX
   
 Source: Bloomberg 31.12.2020
 
       

L’accord tant espéré

Quatre ans après le référendum du Brexit et à l’issue de plusieurs mois d’âpres négociations, un accord commercial a enfin été conclu. Bien qu’il s’agisse d’un accord relativement « allégé », le Royaume-Uni a accepté de s’engager à assurer des conditions de « concurrence équitable », afin de parvenir à un accord de libre-échange avec l’Union européenne (UE). Des droits de douane pourraient être mis en place ultérieurement dans le cas où le Royaume-Uni s’écarterait trop des conditions de concurrence équitables de l’UE. En attendant, les deux grands partenaires commerciaux verront peu de tensions à leurs frontières, dans des secteurs aussi divers que l’alimentation, les produits pharmaceutiques, les biens manufacturés ou l’automobile.

Des introductions en bourse à la chaîne !

Les liquidités sont toujours abondantes et l’enthousiasme pour les IPO (introductions en bourse, « initial public offerings » en anglais) ne s’affaiblit pas. Aux États-Unis, les acheteurs se sont enflammés pour AirBnB et Doordash, dont les valorisations ont presque doublé en début de séance. Les deux entreprises sont représentatives de l’économie de « partage » ou « à la demande » (« gig economy » en anglais), un concept très en vogue, l’une proposant des locations de vacances, l’autre des livraisons de repas à domicile. Toutefois, aucune des deux entreprises n’a réalisé de bénéfices au cours de l’année précédant leur cotation. Au Japon, les actions de Balmuda, le fabricant du grille-pain à 220 dollars US, se sont envolées de 88 % lors de leur premier jour en bourse.

Carbone vert ?

Le prix du carbone a atteint un sommet historique. Ou disons plutôt, le prix des crédits d’émission d’une tonne de carbone échangeables dans le cadre du Système d’échange de quotas d’émission de l’UE. Les entreprises fortement pollueuses qui dépassent leurs objectifs d’émissions peuvent vendre leurs excédents de crédits-carbone à d’autres entreprises qui n’ont pas atteint les leurs.  Il s’agit d’un indicateur de plus en plus important. Dans le cadre de sa transition vers les énergies propres, le géant des énergies fossiles BP a acquis une participation au capital de Finite Carbon. L’entreprise américaine crée des crédits-carbone en encourageant les propriétaires fonciers à planter des arbres ou à s’abstenir d’abattre des forêts.

 

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus