Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

The Monthly Review : Les « stories » du mois de juillet

il y a 3 mois

QUICK LOOK
LES MARCHÉS

5,5%

S&P 500

-1,8%

EURO STOXX 50

-4,4%

FTSE 100

-3,1%

CAC 40

0,0%

DAX 30

-1,6%

BEL 20

-1,5%

FTSE MIB

-4,9%

IBEX 35

-4,0%

TOPIX
   
        Source: Bloomberg 31.07.2020

Tesla au premier plan

Tesla est devenu le premier constructeur automobile mondial en termes de valeur, détrônant ainsi Toyota en pole position. Malgré le fait que Tesla n'ait produit que 360 000 véhicules l'année dernière, contre près de 9 millions pour le géant japonais. La Model 3 a représenté 300 000 unités dans le déploiement de Tesla, ce qui en fait le véhicule électrique (VE) rechargeable le plus vendu au monde. Et les VE ont reçu un soutien appréciable de la part de Joe Biden, le grand espoir de la campagne présidentielle américaine, dans le cadre de son programme d'énergie propre de 2 mille milliards de dollars. Voilà une bonne nouvelle, car dans bon nombre de villes américaines, l'utilisation de la voiture s'est intensifiée et a dépassé les niveaux d'avant la pandémie.

Les modalités de la reprise

En forme de V ou de U, il est très peu probable que la reprise économique se fasse de la même manière à l'échelle mondiale. Les États-Unis ont pris du retard, car les taux d'infection de Covid-19 ont explosé dans certains États du Sud, et la Californie est à nouveau confinée. En Europe, le déconfinement s'est pour l'essentiel déroulé sans heurts, favorisé par la promesse d'un fonds de relance de 750 milliards d'Euros. Dans le même temps, la Chine a créé la surprise grâce à la vigueur de sa reprise au deuxième trimestre. Ce pays étant le premier producteur mondial d'acier, sa croissance a entraîné une hausse du prix des métaux industriels.

Huawei hors liste

Le gouvernement britannique, dans un geste spectaculaire, a interdit au géant technologique chinois Huawei de lui fournir tout équipement destiné à son réseau 5G. Mais cette décision a un prix. Le déploiement de la 5G au Royaume-Uni pourrait dès lors prendre trois ans de plus et coûter 2 milliards de livres supplémentaires (2,5 milliards de dollars). Selon le motif invoqué, les sanctions américaines sur les puces chinoises pourraient entraver l'évaluation de la sécurité de Huawei. Le Président Trump s'est empressé de s'en attribuer le mérite, en ajoutant le Royaume-Uni à la liste de ses alliés non-Huawei. Les élections américaines approchent à grands pas : il faut donc s'attendre à de nouvelles répercussions sur les relations commerciales entre les États-Unis et la Chine.

 

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus