Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Close Look : Démondialisation - quelles répercussions ?

il y a 4 mois

CLOSE LOOK
Démondialisation - quelles répercussions ?

La fin d'une époque est annoncée, et il semble que la tendance de la mondialisation des échanges commerciaux s'inverse. Les récents événements géopolitiques, ainsi que la pandémie de Covid-19, ont rompu les réseaux de production et d'approvisionnement soigneusement tissés à travers le monde. Mais leur démantèlement va-t-il entraîner une hausse de l'inflation ? Une nouvelle ère se profile à l'horizon, celle de la démondialisation.

Dans un premier temps, analysons ce que l'on entendait par mondialisation. Alors que le monde ouvrait de nouvelles liaisons commerciales dans les années 70, avec des accords commerciaux notables entre les États-Unis et la Chine, les manufacturiers des marchés développés ont compris qu'ils pouvaient trouver des composants moins chers à l'étranger. Les chaînes d'approvisionnement se sont allongées et complexifiées, mais les coûts de fabrication ont globalement connu une tendance à la baisse. Et cette tendance a pesé sur le prix des produits finis pendant plusieurs décennies.

Au mieux, cette entente a été bénéfique pour tout le monde, maintenant un contrôle des prix dans les pays développés tout en stimulant la croissance économique des économies émergentes. Mais il pouvait arriver que la relation entre le client et le fournisseur s'effondre. La méfiance croissante envers les fournisseurs chinois de composants électroniques complexes en est un exemple parlant. Ce sentiment a mené l'ancien président américain Donald Trump à proférer des accusations de vol de propriété intellectuelle et à interdire toute négociation entre certains fournisseurs étrangers et les États-Unis.

Alors, quelle est l'alternative au système de mondialisation ? Un plan privilégié semble être "une production locale pour des marchés locaux". De nouveaux mots à la mode sont apparus, tels que "onshoring" (rapatriement), ou "reshoring" (relocalisation). L'intention est claire : raccourcir les chaînes d'approvisionnement et limiter le risque de défaut de livraison. De plus, Janet Yellen, secrétaire au Trésor des États-Unis, a recommandé le "friend-shoring" pour s'assurer que les fournisseurs de pays tiers ne soient pas des régimes hostiles. Les nouvelles chaînes d'approvisionnement pourraient ne pas être aussi efficaces, mais elles devraient au moins être plus sûres.

Alors que les liens établis de longue date dans les chaînes d'approvisionnement s'effondrent, les fabricants sont certains de trouver de nouvelles sources. Cependant, les prix pourraient être moins favorables ou l'efficacité pourrait diminuer, entraînant un resserrement des marges ou une augmentation des prix à la consommation. Un nouvel ordre commercial mondial est annoncé. Au lieu d'un réseau interconnecté, le futur commerce devrait être "bipolaire", avec une réforme historique des pôles Est et Ouest. Ou même "tripolaire", avec de grands blocs commerciaux bâtis autour des États-Unis, de l'Europe et de l'Asie.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus