Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

The Monthly Review: Les « stories » du mois de octobre

il y a un mois
L'ascesa del dollaro

Elon Musk rachète Twitter

Un tribunal américain a donné à Elon Musk jusqu’au 28 octobre pour finaliser son offre de 44 milliards de dollars pour le rachat de Twitter. Le patron de Tesla a annoncé qu’il allait honorer son engagement. Reste à savoir pourquoi, après des mois passés à refuser de payer pour une plateforme de réseau social accusée d’être infestée de bots, l’accord est de nouveau d’actualité. Le rêve de Musk de créer une « superapplication » pourrait fournir un début de réponse. De son côté, son rival, le milliardaire Jeff Bezos, a averti que, comme Tesla dépend désormais de la fabrication chinoise pour un tiers de son activité, Elon Musk et Twitter pourraient être exposés à des menaces de censure.

Allarme globale

Bras de fer pétrolier

Comme si la flambée des prix du pétrole cette année ne suffisait pas, avec une hausse de 20 % du prix brut du baril Brent depuis le début de l’année, le groupe des pays producteurs de pétrole de l’OPEP+ a encore tenté de faire grimper les prix. Des baisses de production jusqu’à 2 millions de barils par jour ont été annoncées, soit environ 2 % de la production mondiale. Toutefois, la réduction de l’offre n’est qu’un des éléments de l’équation. Le ralentissement de la croissance et de la demande ont de nouveau contribué à un repli des prix, une tendance qui s’est accentuée lorsque le président Biden a libéré 15 millions de barils de pétrole de la réserve d’urgence américaine.

Primo piano sul clima

Inflation ciblée

Les grandes banques centrales ont tenu leur promesse de s’attaquer à une « inflation intolérablement élevée », même au détriment de la croissance. Des taux « plus élevés plus longtemps » est le message clairement exprimé, tandis que le marché anticipe que le taux des fonds fédéraux américains atteindra un pic de 5 % d’ici le printemps prochain. Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre a été contrainte d’intervenir, après des turbulences sur le marché des obligations d’État ou « gilts » dans le sillage de l’annonce de mesures de relance budgétaire inflationnistes. La nomination de Rishi Sunak au poste de Premier ministre du Royaume-Uni, qui a promis responsabilité budgétaire et stabilité économique, a rétabli le calme sur les marchés.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus