Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

The Monthly Review : Les « stories » du mois de juin

il y a 2 mois
Sous pression

Sous pression

Le relèvement de 75 points de base des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed) a fait l’effet d’un coup de tonnerre sur les marchés financiers, ne serait-ce que par l’ampleur de la hausse annoncée (de 50 points de base). Par cette décision, la Fed a indiqué clairement qu’elle entendait agir de manière décisive contre la flambée de l’inflation. De son côté, la Banque mondiale a revu à la baisse ses prévisions de croissance du PIB, en raison de la hausse des taux d’intérêt et des prix de l’énergie, soulevant une fois de plus le spectre de la stagflation. Les banques centrales suisse et britannique ont rapidement emboîté le pas à la Fed, la Chine maintenant pour sa part une politique monétaire accommodante dans le sillage des mesures de confinement liées au Covid.

Des bots encombrants

Des bots encombrants

Le rachat de Twitter par Tesla est au point mort, Elon Musk ayant menacé de retirer son offre. Pourquoi maintenant ? La principale préoccupation du patron de Tesla est le nombre de bots et faux comptes sur Twitter. La firme à l’oiseau bleu est accusée d’infraction grave aux règles en matière d’information, même si elle insiste sur le fait que le nombre de bots est inférieur à 5 % du nombre de ses utilisateurs actifs quotidiens. La question a son importance, car seuls les comptes authentiques ont une valeur. Autrement dit, l’offre de 44 milliards de dollars proposée pour le rachat du réseau social pourrait être renégociée. Par ailleurs, les salariés de Twitter ont été invités à une réunion virtuelle, au cours de laquelle l’homme le plus riche du monde les a assurés que les « employés exceptionnels » n’auraient rien à craindre.

La Russie ferme progressivement le robinet de gaz

La Russie ferme progressivement le robinet de gaz

L’Allemagne a qualifié la réduction de 60 % de l’approvisionnement en gaz de l’Europe comme une « attaque économique », malgré les dénégations de la Russie, qui la mettent sur le compte de problèmes techniques. Près de la moitié des pays de l’Union européenne (UE) reçoivent du gaz de la Russie, en particulier l’Allemagne et les Pays-Bas qui figurent parmi ses plus gros clients. Or, les restrictions empêchent le réapprovisionnement des installations de stockage de gaz avant l’arrivée de l’hiver. L’Allemagne est passée en « niveau d’alerte » et a demandé aux consommateurs de réduire leur utilisation. Toutefois, l’imposition d’un plafonnement des prix du pétrole russe par le G7 pourrait se traduire par la fermeture définitive du robinet de gaz, une perspective qui a incité l’AIE (Agence internationale de l'énergie) à appeler l’Europe à se préparer au pire.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus