Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

CLOSELOOK - AOÛT 2020

il y a 10 jours
Le président Trump a banni les entreprises chinoises TikTok et WeChat des États-Unis, au motif que ces deux applications représentent une menace pour la sécurité économique et nationale. Cette mesure est la dernière d’une série de sanctions qui devraient confirmer pour de bon la fracture entre deux systèmes d’Internet mondiaux distincts. Revenons sur ce que les initiés appellent la « bifurcation » du Web mondial pour désigner le phénomène de « splinternet » (cyberbalkanisation).

La vision directrice d’Internet en tant que réseau commun d’informations partagées capable de rassembler le monde, n’a jamais été réellement en phase avec la réalité. En fait, deux systèmes d’Internet mondiaux ont toujours existé. L’un est dominé par les applications et les services créés aux États-Unis. L’autre se trouve derrière ce que l’on appelle le « Grand pare-feu chinois ». L’accès à des services librement accessibles en dehors de cette muraille est généralement contrôlé.

Aux États-Unis ou en Europe, les consommateurs auront tendance à choisir Amazon pour leurs transactions en ligne, tandis qu’en Chine, ils opteront pour Alibaba. Google en tant que moteur de recherche a rencontré un tel succès que son nom est devenu un verbe à part entière. « Google » en anglais (« Google-iser ») est devenu une action et ne désigne plus seulement l’endroit où l’on trouve des informations. Pourtant, en Chine, le moteur de recherche de choix est Baidu et Google est exclu de l’Internet chinois.

Google, qui pressentait un vaste marché inexploité, a mis en place le projet Dragonfly. Après avoir tenté de créer un moteur de recherche acceptable pour le gouvernement chinois, l’entreprise américaine s’est rendu compte que le clivage entre les États-Unis et la Chine en matière de gouvernement, de réglementation et de confidentialité, était trop profond. Les difficultés se sont révélées insurmontables, et le projet Dragonfly a été abandonné à l’été 2019.

Quel bloc portera-t-il le développement d’Internet à partir de maintenant ? Les États-Unis conservent une longueur d’avance dans certains domaines de recherche, mais la Chine est le leader de la 5G et de l’« Internet des objets ». La combinaison de l’expertise de ces deux super-puissances technologiques semble peu probable sous un mandat de Trump. Les récentes sanctions prononcées à l’encontre de Huawei visent à exclure le géant des télécommunications de la future technologie de la 5G.  Peut-être qu’un nouveau leader américain pourrait favoriser une coopération plus étroite voire combler le fossé existant au sein du Web mondial.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus