Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Domination du dollar

il y a 4 mois

Seamus Lyons, Senior Investment Manager

Seamus Lyons,
Senior Investment Manager, Architas

Domination du dollar

 

Le dollar américain est la monnaie de réserve mondiale, depuis que la livre sterling a perdu ce statut il y a près de 80 ans, et domine le système de paiement international. Il n’est pas surprenant que la monnaie des États-Unis, première économie du monde avec 25 % du PIB mondial, occupe cette position. Cependant, au cours des douze derniers mois, le billet vert a enregistré une forte hausse. L’indice du dollar DXY a suivi une trajectoire ascendante par rapport à toutes les grandes monnaies, atteignant notamment la parité avec l’euro, et se trouve à son plus haut niveau depuis vingt ans. Quels sont les facteurs qui poussent cette monnaie déjà dominante à la hausse ? 

Hausses récentes

Un indice se trouve peut-être dans le discours de la Réserve fédérale américaine, qui a promis jusqu’à sept hausses de taux d’intérêt cette année. De même, les prix des produits de base tels que le pétrole et les métaux sont montés en flèche après la pandémie. La plupart d’entre eux sont libellés en dollars, ce qui signifie que les marchés mondiaux ont besoin de cette devise pour les acheter. C’est la vieille histoire de l’offre et de la demande. En outre, la monnaie américaine et les actifs américains sont généralement considérés comme des valeurs refuges. La tendance de la monnaie américaine à surperformer dans les périodes à risque, comme celle que nous avons connue récemment, a été baptisée le « sourire du dollar ».

Qu’en est-il de la Chine ?

La Chine est la deuxième économie du monde, avec un peu plus de 17 % du PIB mondial. La Chine est également le premier exportateur mondial et, par conséquent, un acteur majeur du commerce international. Le renminbi va-t-il bientôt remettre en question la domination du dollar ? Les experts estiment que c’est peu probable. La monnaie chinoise est pénalisée par le contrôle des capitaux et les marchés de capitaux chinois ne sont pas librement accessibles, ce qui signifie que le renminbi est encore loin d’avoir une place sur la scène mondiale. Alors que près de 60 % des réserves mondiales de devises étrangères sont détenues en dollars et 20 % en euros, le renminbi se situe actuellement à un niveau inférieur à 10 %. 

La Russie a changé la donne

Néanmoins, les récents bouleversements géopolitiques ont laissé entrevoir la possibilité d’un bouleversement de l’ordre actuel, voire d’une perte de statut pour le dollar tout-puissant. L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février a entraîné une perturbation massive de l’ordre établi des paiements internationaux. Des sanctions ont été imposées aux exportations russes, incluant notamment l’énergie et les métaux industriels, et près de la moitié des 630 milliards de dollars d’actifs en devises de la Banque centrale de Russie a été gelée. La Russie a été exclue du système Swift de paiements internationaux et contrainte de chercher d’autres marchés pour ses exportations, ainsi que d’accepter d’autres devises en paiement. 

La réponse de la Chine

La Chine continue d’importer du pétrole de Russie, dont le paiement est désormais accepté en renminbi. De même, les pays situés le long de la Nouvelle Route de la Soie qui vise à recréer la route historique du commerce entre l’Est et l’Ouest, sont encouragés à payer les marchandises en renminbi. Il est possible qu’un monde multipolaire, avec deux systèmes économiques, commence à émerger. La position de la monnaie chinoise dans le commerce mondial va probablement progresser, tandis que la domination du dollar américain sur les réserves monétaires mondiales devrait rester inattaquable.

Architas view

Opinion Architas

Les écarts de taux d’intérêt entre les monnaies, et l’évolution de leurs trajectoires les unes par rapport aux autres, sont des facteurs très puissants sur les marchés des changes. Et ils jouent actuellement en faveur de la hausse du dollar.

Cependant, un environnement de taux d’intérêt en hausse crée généralement des mouvements négatifs sur les marchés obligataires ou à revenu fixe. Les rendements obligataires ont tendance à augmenter en prévision des hausses de taux d’intérêt, ce qui signifie que les prix des obligations baissent. Chez Architas, nous avons sous-pondéré les obligations d’État pendant un certain temps, mais nous avons récemment adopté une approche plus positive, estimant que la forte hausse des rendements est derrière nous.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus