Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

La courbe des rendements - quelles répercussions ?

il y a un an

CLOSE LOOK
La courbe des rendements - Quelles répercussions ?

La courbe des rendements obligataires des bons du Trésor américain fait parfois office de boule de cristal, en donnant l’orientation de la trajectoire de la croissance économique, de l’inflation et des taux d’intérêt. En quoi consiste cette courbe et peut-elle réellement cartographier le futur ? Nous examinons de quelle façon cette courbe des rendements est établie, quel est le tableau qu’elle dresse et si ces pouvoirs mystiques qu’on lui prête ont des manifestations concrètes.

Tout d’abord, il est essentiel de prendre du recul. Les États ont recours aux obligations pour financer leurs investissements. L’obligation ou le prêt sera remboursé sur une période fixe, en fonction de la taille du projet ou du taux d’intérêt que l’État est disposé à payer. L’échéance peut être courte (jusqu’à 3 mois) ou longue (jusqu’à 30 ans). Le taux d’intérêt d’une obligation à échéance courte est généralement bas. Une obligation à échéance longue paie à un taux plus élevé, en rémunérant les investisseurs pour le risque lié à l’évolution de la conjoncture au fil du temps.

Un diagramme représentant la fourchette actuelle des taux d’intérêt (ou rendements) des obligations d’État, de courte à longue échéance, indiquera normalement une configuration de hausse régulière. Reliez les points et vous avez établi une courbe des rendements. Toutefois, la forme de cette courbe n’est pas figée, car les obligations sont négociées de manière active sur un marché. Suivant l’évolution du contexte économique, la courbe peut paraître plus pentue ou plus plate. C’est cette forme qui donne une indication sur les attentes économiques du marché tant bonnes que mauvaises.

Au cours des années qui ont précédé la pandémie, nous avons assisté à quelques épisodes au cours desquels la courbe des rendements américains a dévié de sa tendance de progression régulière et s'est orientée à la baisse au niveau de la partie longue du marché obligataire. Ce phénomène est connu sous le terme d’« inversion de la courbe des rendements ». D'aspect inquiétant, elle est souvent interprétée comme un signe indiquant que la croissance future sera inférieure à la croissance actuelle. Elle pourrait même indiquer que l’économie basculera dans la récession, tirant ainsi la sonnette d’alarme sur les marchés actions.

Cette année, l’alerte a été donnée par une pentification de la courbe des rendements. Les rendements des obligations américaines à long terme ont très nettement augmenté, tandis que les rendements des obligations à court terme restaient ancrés à des niveaux proches de zéro. Que révèle cette tendance ? Elle pourrait indiquer que le plan de relance budgétaire américain provoquera une surchauffe de l’économie, induire une flambée de l’inflation et faire remonter les taux d’intérêt. L’autre message est que la Fed prévoit de financer la reprise à l’aide de taux d’intérêt ultra bas. Bien que ces points soient sujets à interprétation, ce qui ressort clairement est que la Fed garde son calme, sans paniquer face à un pic temporaire de l’inflation qu’elle considère comme une étape sur la voie de la normalisation.

Dernières Thématiques

L’inflation intégrée

Article | Thématiques | 18/03/2022

La Réserve fédérale américaine (Fed) a beaucoup utilisé le terme « transitoire » pour décrire l’inflation l’année dernière, avant de l’abandonner. Cette année, la plus grande préoccupation pourrait être l’inflation dite « intégrée ».

Hausse de la volatilité et avantages de la...

Article | Thématiques | 22/02/2022

L’inflation et le coronavirus n’ont pas suffi à freiner la progression de la plupart des marchés actions l’année dernière. Pourtant, en 2022, les investisseurs sont confrontés à de nouvelles inquiétudes, dans un contexte marqué par un regain de volatilité et un repli des marchés à la fin janvier.

Pourquoi relever les taux d’intérêt ?

Article | Thématiques | 26/01/2022

Il y a un an, la première hausse de taux post-pandémie était prévue pour avril 2024. Aujourd’hui, les marchés anticipent quatre hausses de taux en 2022. Pourquoi cette intervention est-elle soudainement nécessaire et quels sont les risques ? Et pourquoi est-ce important pour les marchés financiers ?

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus